RSS
  • Tutoriel rapide utilisation MIDI du Handsonic

    28 Dic 2006, 23:56

    Je recherchais un sampleur simple pour exploiter la Handsonic 10 (Roland): choisir un son samplé, l'assigner à un pad, et le jouer direct.

    La combinaison que je trouve la plus simple est la suivante: HPD-10 + Cubase SX 3 + OdO Livetweaker

    Il suffit de:
    - connecter la percu en midi à la carte son (out de la percu dans in de la carte son)
    - installer le freeware LiveTweaker http://odosynths.com/ dans le répertoire de plugins VST (par défaut C:\Program Files\Steinberg\VSTPlugIns)
    - démarrer Cubase, ouvrir le panneau "VST Instruments", choisir LiveTweaker

    Ensuite, créer une piste MIDI, dans laquelle:
    in: MIDI (pour moi Terratec MIDI)
    out: livetweaker

    Pour pouvoir assigner les sons, il faut régler les notes des pads de la percu: appuyer sur "edit", descendre avec les flèches jusqu'à "KIT/MIDI", puis descendre jusqu'à "Note". Il suffit alors de toucher un pad, et de tourner la molette pour affecter les notes affichées dans le logiciel livetweaker (pour chaque sample). Par contre, bug ou ignorance, j'ai remarqué qu'il y avait un décalage entre les notes affichées et la note "réelle":

    HPD | LiveTweaker
    48 (C3) | C4
    49 (C#3) | C#4

    Bref, compter un écart de 1

    Non seulement la banque de samples est ENORME (même si les sons ne sont pas aussi sophistiqués qu'un pack pro), mais le logiciel est très facile à utiliser. On peut également assigner des sons externes, sans restriction de qualité. Pas de problème de réactivité ou de lenteur sur ma config (certes relativement musclée). Et, le soft est GRATUIT. Bref que du bonheur.

    Seul défaut (mineur): temps de loading un peu long, mais une fois chargé, nickel.

    En espérant que j'aide quelqu'un (vu comment j'ai galéré à comprendre tout ça...)

    Je vous renvoie au fichier d'aide inclus pour le mode d'emploi du soft lui même.



    ++
  • Le père noël est (enfin) passé

    26 Dic 2006, 0:19

    Yaaaaay

    Je suis tellement content que je ne peux m'empêcher de partager ça avec mes hypothétiques lecteurs :)

    Je la convoitais depuis un an déjà, j'en faisais même des rêves cochons (mouarf). Après moultes tergiversations et hésitations, j'ai enfin investi dans cette merveille d'instument nouvelle génération qu'est la Roland Handsonic 10 (HPD-10 pour les intimes).



    64 instruments, des instruments latins (congas, bongo), africains (djembe et autres), orientaux (derboukka ...), batteries (classique, jazz, balais), en passant par les délices de l'inde (tablas...), et surtout les électroniques: incontournables TR-808 et 909, et autres instruments plus "exotiques"... Les possibilités sont déjà immenses sans exploiter les capacités MIDI de la bestiole.

    Pour cela j'ai également investi dans une Terratec Phase 22, carte son semi pro de bonne réputation.



    Un petit passage à Pigalle dans la semaine qui vient, histoire de récupérer câbles Jack 6.5mm et bien sûr MIDI, et je pourrai commencer à m'y plonger.

    Un petit exemple de ce que peut faire la bête:

    http://www.archive.org/details/ethernodeRolandHPD10Userdemo

    Désolé pour la saturation

    Pour l'instant je n'ai fait que jouer avec, mais j'aiiime. Merci papa noël...

    EDIT: Après passage à Pigalle (chez HomeStudio) j'ai craqué pour un BeyerDynamic 990 DT Pro, qui se marie plutôt bien avec le reste... et mes oreilles :)



    Vraiment un son ... Chirurgical !!! Je suis super content.
  • Alors les filles... On fête noël?

    25 Dic 2006, 23:48



    Bon, il m'en a fallu du courage pour me remettre à écrire cette review (merci last qui a buggué juste au moment de poster..)

    Elle sera donc plus courte que prévue :)

    Arrivée 21h45 dans la queue réservée aux préventes, dans laquelle je rencontre un sympathique groupe de japonais venus pour la soirée, dont l'adepte du beatbox Afra (pour Always Fresh Rythm Attack). Au passage je lui demande des suggestions d'artistes dans la veine de ce cher DJ Krush: hifana, kireek, Dj Kentaro (que je connaissais), Tucker, Dj Uppercut, Dj Famicy, Kireek, Digital breath, I.B.B.S, me répond-il. Je n'ai pas encore tout écouté... AFRA est là pour faire du beatbox avec Justice, mais il n'a pas l'air d'en être sûr. Au final, il sera apparu 2 minutes avant qu'on coupe son micro...

    On, rentre enfin, c'est plein de monde. La salle, même si elle respire la classe et le monde de la nuit, est mal pensée: deux longs couloirs parallèles; bref, on a le choix entre se taper dessus avec les groupies pour voir la scène, et ne rien voir à l'arrière. Qu'à cela ne tienne, on commence devant.



    Le début de soirée est déprimant. Ni Das Glow, Tacteel ou encore DJ Mehdi ne font monter la pression (en dehors des traditionnels 10 mètres de groupies). A noter, le passage de Uffie avec DJ Feadz, pas top, du pseudo playback, elle n'a pas de voix, et toujours le même flow. Des petits problèmes de son, un manque d'assurance... Ces mecs ne sont pas des pros, loin de là. Sympa, voire lourd par moment (merci pour les relents de RnB vulgaire et Dance oldschool), sans plus.

    Quelques lâchers de goodies m'ont convaincu de quitter la bataille en première ligne (après avoir chopé un tshirt akroe tout de même :p). Tequi LaTex et autres sbires de TTC sont là pour les lancer, et pour mettre le feu.



    La véritable teuf démarre avec Surkin, qui continue son petit bonhomme de chemin avec sa tête de teenager. Il n'a pas le style ni l'attitude de ses potes, mais lui au moins gère, malgré un crash de portable qui écourtera son live (le premier véritable live de la soirée).



    Deuxième live, et qui valait également le détour: Para One. Nickel cette fois ci, tout le monde était content, même moi ^^ . Et la fin, excellente avec TTC qui rajoutait de la voix (eh non, pas de vrai live), donc on parlera de pseudo playback ;) Le meilleur moment de la soirée à n'en pas douter.



    Quant à Justice, rien de nouveau sous le soleil, sinon qu'on voit de plus en plus qu'un des deux ne sert à rien !!!! Il fait semblant... C'est déplorable (celui de droite sur la photo). Je ne sais pas ce que tu prends, mec, mais arrête dès que tu peux tu as l'air malade.



    Pour plus de vidéos / photos / comments (vu qu'il n'y en a pas ici :p), prends ton courage à deux mains et scroll down...

    http://www.myspace.com/alorslesfillesonfetenoel
    http://www.youtube.com/results?search_query=alors+les+filles+no%C3%ABl&search=Search

    Au final, soirée moyenne en dehors d'une relativement courte période, à cause du son mauvais ou trop faible, du prix des consos, de la publicité mensongère (il n'était pas précisé que l'open bar durait une demie heure, ni qu'il faudrait tuer son prochain pour avoir les convoités goodies), de l'équipe du Showcase (armoires à glace), ni de la nature du public présent: oui les filles sont jolies, très (trop?) jeunes, et les atours très (trop!) sophistiqués. Société d'apparence pour compenser un vide sidéral d'intellect, les gros beats qui tachent ne cachent pas les paroles vides. Suffit d'écouter le dernier album de TTC pour s'en rendre compte...



    A bon entendeur ... Salut
  • Transmusicales - Samedi - Day two: marathon part II - Parc expo (22h30 - 06h)

    12 Dic 2006, 20:01

    ... Suite, et fin.

    Après une après midi mouvementée, la soirée s'annonçait pleine de surprises, et ce fut effectivement le cas.

    Déjà, beaucoup plus de monde, d'animation et de motivation autour de nous. Les bars sont bourrés à craquer, les salles aussi.

    Nous sommes arrivés juste à temps pour assister à la fin du set de DJ Mehdi, plutôt sympa. Dans la grande salle en plus, un peu en contrebas de la scène. Bien mieux que l'hurluberlu de vendredi, très dance floor, très efficace. Il est speed, il est technique, rien à redire, sinon peut-être qu'il n'a pas pris beaucoup de risques?

    Je ne m'attarderai pas sur cet épisode, car le suivant nous a littéralement retourné le cerveau, éclipsant le début de soirée. Arrivent les trois compères d'une formation atypique: deux pianistes de très haut niveau, l'un français, l'autre espagnol, chacun son piano à queue (demi-queue???), plus un DJ (Fr) passant de la techno minimale abyssale à la Ritchie Hawtin du haut de son estrade dominant les pianistes: voici Aufgang.

    Ca démarre super fort, les pianistes jouent tellement vite, et une musique tellement contemporaine que le cerveau a parfois du mal à suivre, ils tournent page sur page, et la techno vient enrichir cette musique déjà complètement en dehors des normes par un beat monstrueusement grave, ainsi que quelques éléments aigûs et nappes. Au final, la gamme de fréquences occupée par les piano se complète très bien avec cette musique épurée mais dark et impressionnante.



    Le mélange est improbable, osé. Et pourtant ! Complètement mégalo, requiem cyberpunk aux variations exponentielles, cette prestation en a mis plein la vue à tout le monde, même si certains ont pu se sentir un peu perdus dans ce monde mélangeant néoclassique et musique électronique. Les pianistes ont un niveau odieux et le font savoir, et souvent le DJ s'éclipse et attend que ça remonte, et là l'éclairage aidant, c'est reparti !

    Une excellente impression pour un premier concert de cette envergure, malgré quelques petits (très rares) problèmes de synchro, et encore c'est bien parce que je suis obsédé par le rythme. Et hop, un super concert :) Bravo, et merci pour cette claque audiovisuelle.

    On enchaîne avec le canadien MSTRKRFT (à prononcer Master Kraft, comme le papier ;) qui envoie du gros lourd comme on dit, électro efficace, à la limite de la techno.



    Sympa, les gens dansent, c'est la fêeeeeteuuu. Mais bon, nous on va se promener. Il me semble avoir entraperçu Kaiser Chiefs, mais pas plus de 2 minutes... Au passage, une fresque s'étale depuis 3 jours, et elle a bien évolué depuis Jeudi.



    Sympa...

    Je ne me rappelle pas vraiment comment (hum), mais on se retrouve devant Justice qui, délicate attention, a ramenée une jolie croix blanche. Je plains le type qui s'éclatait à faire: on, off, on, off, on, ... On le voyait en plus :p



    Cette fois-ci (cf. review We Love Trax) la démonstration est magnifique. Déjà que la scène est superbe, là le Light Jockey se fait plaisir, et on en prend plein les mirettes. Mix parfait, lumières nickel, super concert. Des milliers de gens en trance, excellente prestation !

    Un peu de Digitalism (mais bon, on commence à être un peu crevés), toujours aussi pêchu, quelques minutes à réaliser que DJ Netik n'est pourtant pas venu au monde avec deux platines vinyle (il finit son set par une hardtek artificielle composée sur l'instant entre deux vyniles, vous savez, comme la commande "loop" mais ... avec des vinyles... Monstrueux) et qu'il n'est pas champion du monde pour rien (et de France...), un peu de Drum de DJ Flow (et son MC) histoire de reprendre la pêche avant la route... Eeeh oui, c'est déjà fini, il est 6h.

    Bien évidemment je n'ai pas pu assister à tout, et mes opinions sont loin d'être pertinentes, mais c'est mon ressenti.

    Un bon week end, un bon gros trou dans mon sommeil, mais heureux comme tout !

    Les trans, ça déchiiiire
  • Transmusicales - Samedi - Day two: marathon part I - Salle de La Cité (16h30-21h)

    11 Dic 2006, 20:37

    Nous revoilà sur Rennes pour le Samedi, après avoir trié du riz (si, si) avec en prévision une des plus longues journées musicales de ma vie :) De 16h à 07h le lendemain.



    Evidemment, nous arrivons en retard à la salle La Cité, en plein coeur de Rennes. Salle petite, plus que l'Elysée Monmartre, munie d'un balcon. On appelle ça la salle parfaite ;) Concert privé, ou peut s'en faut.



    Sauf que nous arrivons juste à temps pour voir le début de Juana Molina, LA bonne surprise de mon Week End. Ecoutez, découvrez, c'est tout simplement une artiste merveilleuse. Ce joli bout de femme doit avoir la trentaine, et est simple comme bonjour. Elle est là, elle nous le fait savoir, elle ne se prend pas la tête et va jusqu'à se permettre d'interpréter une chanson dont elle se souvient à peine (en français), avec une perfection discutable, mais l'intention est tellement jolie que personne n'y aurait à redire.



    Quelle genre de musique? Difficile à décrire. Elle est seule, mais utilise sa voix (vraiment magnifique, d'une justesse et d'une texture à couper le souffle), sa guitare folk et deux claviers, dédiés majoritairement aux percussions (minimalistes, et parfois electro). Et, n'oublions pas l'ingrédient essentiel, son sampleur (à la pédale).

    Elle joue, ça lui convient, elle garde, et ça rejoue, ce qui lui permet d'ajouter autre chose. Les samples de guitare se superposent les uns aux autres, les phrases de chants aériens se combinent, et on est... sur les genoux. Cette musique est un univers parallèle, aux accents sudaméricains donnant envie de voyager.



    Elle parle un charmant français teinté d'espagnol, et va pousser l'innocence jusqu'à demander au public si elle peut prendre une photo de lui à la fin du concert. Elle a eu le droit à un bis retentissant, tout le monde était content. Merci miss ! Génial. Vivement la prochaine. Notre week end était rentabilisé :) Vais ptet aller faire un tour à la fnac moi...

    S'ensuit le concert de l'improbable Babar Luck. Au risque de passer pour un enfoiré, je dirais que ce chanteur peu commun est une sorte de mauvais génie, aux grimaces hilarantes et pleines de charisme. D'aucuns (qui ont mauvais goût tout de même ... hum) diront "Ben Laden en gentil et rigolo".



    Ce type a une voix faite pour le reggae roots, et les mimiques d'un comique, et la gestuelle d'une figurine de Guignol, il est vraiment attachant. Mais alors, pourquoi diable fait-il de la pop? Même si cette pop a des accents de reggae dans l'esprit, l'adjonction d'un étrange (mais compétent) joueur de cithare électrique et d'un batteur très moyen (dsl) casse toute ressemblance avec le style jamaïcain. Le cithariste (ça se dit? o_O) est très très technique, mais les gammes employées par le groupe ne sont pas au goût de beaucoup, comme en témoigne le peu d'animation au début. Néanmoins, le concert se termine par une dernière chanson vraiment pas mal, généreusement applaudie mais vite oubliée. Du reggae, du reggae par pitié !!!

    Le troisième groupe arrive. David Krakauer collabore pour ce projet "très spécial" (annonce un speaker) avec le Dj Américain Socalled, ainsi que les musiciens du Klezmer Madness. Le nouvel album, dont est ici faite la promo (car il s'agit bien de cela) est intitulé "Bubbemeises, Lies my gramma told me". Le mélange semble prometteur, éclectique, original. D'ailleurs il y a une guest star, qui manie le trombone à la perfection également, j'ai nommé Fred Wesley. Apparemment c'est vraiment une grosse star (pardonnez moi mon inculture), vu le nombre d'ovations et de courbettes que lui fait Mr Clarinette, pourtant vraiment pas à plaindre. Il y a une tache, croyez moi, dans ce joli tableau.



    La première chanson démarre très très fort: un big solo de David Krakauer pour nous en mettre plein la vue, suivi d'une instru hip-hop/trip-hop, vraiment sympa. Ce mec EST UN VRAI MALADE, un virtuose, un ouf, un taré, un dieu, ultrarapide, ultraprécis... Ouais, ok il joue de la musique yiddish, mais c'est TREEEES impressionnant. D'ailleurs, il a ramené sa bande de potes tarés également, tous ses musiciens ont un niveau hallucinant. Première chanson, ok, sympa. Au bout d'un moment, c'est parti, c'est la teuf, la musique yiddish c'est speed et c'est marrant, tout le monde hurle.



    Quel dommage que le DJ venu apporter un vent de renouveau à ce style vieillissant gâche tout ça par un goût déplorable... Une chanson se finit doucement sur le joyeux mais calme son de la clarinette... Pour enchainer sur un GROS beat GRAS de techno à l'ancienne mode. Le dj a au moins 3 ans de retard, en plus il demande au public de chanter "Cui Cui" en rythme. Bref, il fait tache. Tous les mélanges ne sont pas bons, et le reste du groupe a l'air au courant. J'ai cru discerner une certaine tension, apparemment le petit jeune les booste. Mais sa chute est inévitable, et il se ridiculise une ou deux fois.

    Je suis resté hypnotisé pendant 20 bonnes minutes en observant la main de la guitariste, qui malheureusement n'avait pas de son (aaah, les problèmes de son... mais pourquoi ils n'ont pas coupé le DJ???). Le batteur rivalise de finesse et d'originalité, la bassiste (magnifique d'ailleurs) également, le guest, un afroaméricain venu du Funk impressionne également par sa maîtrise du trombone... Une maîtrise que seule une vie entière peut apporter. Mécanique, pro. Ils sont tous ultra pros.

    Bref tout le monde sauf le dj? Vraiment? En fait il sert quand même à quelque chose: quand il prend le micro pour rapper (et non dire de la merde, mendier un applaudissement ou faire des bruits de goutte d'eau avec sa bouche), LA on comprend pourquoi il est là. Il a un flow plutôt sympa, qui rappelle (sic) Eminem, il est même impressionnant. Mais alors pourquoi éclipse-t'il la guitariste avec son clavier midi au son aussi cheap que sa boîte à rythme????



    Bref, supers musiciens (...sauf...), mais un mélange au goût douteux. Ce type est un loser, jartez le !!!!!!! Prenez Bonobo à la place :) Ou alors, qu'il cesse de s'autoproclamer DJ (this so called dj.... ok elle était trop facile). Il est MC, ce qui est déjà pas mal.

    Nous sortons des étoiles plein les oreilles et l'estomac dans les talons, pour nous restaurer dans le centre ville animé de Rennes. Et c'est parti pour la salle des expos, qui fera l'objet du post suivant !
  • Transmusicales - Jeudi - Day one: échauffement

    11 Dic 2006, 20:26

    Nous voilà arrivés à l'entrée de ce festival plutôt sympathique... malgré un début plutôt décevant.

    Nous passons la plupart de notre temps à zoner entre les salles dans l'espoir d'entendre quelque chose qui nous accroche vraiment. La soirée est désespérément rock, il n'y a pas encore foule... Et la qualité de son n'est pas vraiment à l'honneur. 23h arrive.

    J'avais hâte d'assister à la prestation de Cat Power, à la voix sensuelle et charmante s'il en est. Elle avait (évidemment) droit à la grosse scène (halle 9). Mais là, grosse déception: plutôt que d'opter pour une représentation en solo (ce à quoi elle semble exceller), elle nous sert de la Soul / Pop accompagné d'un orchestre anonyme (ou pas, il s'agit du Memphis Rhythm Band). Tout à fait conforme au style annoncé (Soul), mais sans grand caractère, alors que ce qui nous fait tous vibrer, c'est ses interprétations très personnelles et en solo... Bref, dommage, même si la belle dégage tout de même une aura toute particulière, celle d'une féminité vraiment envoûtante, faite de mouvements fluides et originaux, danse sporadique couplant parfaitement avec sa personnalité: la musique, elle l'a dans la peau !



    L'autre (et malheureusement unique) groupe qui a laissé une trace profonde dans ma mémoire est le groupe Gong Gong (sur le label F-Com, celui de Laurent Garnier). Il est tout de même 3h30, hall 4, et la soirée n'a pour l'instant pas été inoubliable. Ils sont quatre: un batteur aux rythmes breakbeat/jungle qui gère aussi une boîte à rythme / sampleur avec l'aisance et l'exactitude d'un hyperactif surdoué, un autre jouant avec diversité de la basse, du violoncelle (archet et pizzicato) et d'une ou deux machines, et un troisième au rôle un peu vague, probablement les arrangements électroniques (sur PC). Un 4e, et là était la plus grande originalité, était entièrement dévolu au VeeJaying. Un gros gros plus ! Nous avons donc eu l'occasion de voir projetées sur divers supports des vidéos un peu low-fi, sympa, bien dans le style VeeJay cinéphile. Et ces supports, ils se sont succédés ! Sur ballons, panneaux fixes, panneaux mobiles tournant autour d'un axe, tout y est passé. BRAVO pour cette originalité divertissante et originale, on est restés jusqu'au bout. Et leur mélange éclectique de genres était vraiment sympa, on passe d'une séquence bien speed et énergétique à des mélodies plus posées, plus profondes. Bien dosées, les variations de rythme et d'ambiance donnaient un relief étonnant, sans oublier le son qui était nickel, un vrai bonheur. Bref, on en redemande !!!


    PS: photo non prise aux trans

    Malheureusement ma mémoire me trahit et je suis pas en mesure de décrire d'autres concerts, et pour cause: je ne suis pas resté suffisamment longtemps pour me souvenir d'eux. Gong gong aura tout de même sauvé ma soirée :)
  • 28e transmusicales de rennes, me voilà :)

    27 Nov 2006, 21:24

    Ayé, je l'ai eu mon congé.

    Résultat : du 7 au 9 décembre, je serai à rennes, avec Cat Power, Justice (encore !), Kaiserchiefs et Digitalism :p

    Bon pas grand chose que je connaisse, mais on ne dit que du bien de Juana Molina

    Et puis c'est l'occasion de revoir quelqu'un qui commence sérieusement à manquer dans cette grisaille parisienne, le petit Cheru :)

    Bref, vive la bretagne !

    Par ici le programme:
    http://www.lestrans.com/fr/programmation/prog.php4?dateprog=20061207
  • We Love Trax: Bilan

    19 Nov 2006, 21:36

    Un peu en retard (histoire de ne pas trop faire la queue m'étais-je dit) j'arrive au pieds de la Cité des Sciences, porte de la Villette.

    Il pleut, évidemment, et qui voudra se garantir une place confortable dans l'incroyable amas de gens qui se pressent autour d'un trou de souris devra y laisser sa santé à moins d'être (comme moi) venu avec un bon gros manteau d'hiver, car oui c'est l'hiver, en dépit de ce qu'on pourrait en penser en observant l'habillement (pour ne pas dire le déshabillement) des gens, en particulier ceux qui ne veulent pas débourser 2€ pour le vestiaire.

    Profondément honnête, je fais la queue comme tout le monde dans une queue qui ne bouge pas d'un centimètre. Les vigiles laissent rentrer au comptes gouttes, il est 23h20, Para One doit déjà faire son set. Heureusement la soirée avait un joli retard d'une heure minimum...

    L'attente se prolonge jusqu'à ce que des compagnons d'attente moins scrupuleux que la majorité défassent la barrière de force, et ma happent dans leur mouvement de charge rangée. Le troupeau avance, et les vigiles débordés ne peuvent rien faire d'autre que laisser faire. Je me retrouve plus vite que prévu dans l'antichambre de l'électro, du moins pour ce soir.

    Et là, la pilule est dure à avaler. 2€ de vestiaire, 4€ pour de l'eau, 6€ pour la bière... Au vu des 30€ de la place, ça la fout mal. Pour consommer il faut passer par la case "tickets", accompagnée de sa traditionelle case "attente". On est en gala étudiant ou quoi? Ensuite, se hisser jusqu'au bar, et attendre qu'un serveur nonchalant laisse sa nonchalance de côté pour daigner servir les pauvres assoiffés qui s'entassent à l'abreuvoir.

    Le lieu est mythique, dans la mesure où la quasi-totalité des écoles primaires d'île de france y trainent leurs moutards, je me sens tout ému de voir ce qu'il reste des expositions, l'éclairage est nuancé, la salle vaste. La scène Explora est au premier étage, quel pied de pouvoir se trémousser sur les escalators bénis qui nous accompagnent jusqu'au sommet.



    J'arrive donc juste à temps (23h40) pour voir la fin de Pierre Bastien, et pour rester scotché: ce type, la quarantaine apparemment, fait de l'ambiant live avec une machine en mécano qui ici nous délivre les basses, ajouté à un vieux tournedisque qui semble lire une assiette en métal; la machine ne s'arrête pas là: l'artiste a reproduit le concept des boîtes à musique, mais avec un clavier midi. Astucieux, on change le rouleau et hop, une autre mélodie. Il tripe 10 bonnes minutes avec sa trompette munie d'une sourdine, et les 10 suivantes à faire des bruits de baiser surmultipliés par un écho artistique. Etrange à voir, et à entendre, mais le show est bien tourné, le type sait ce qu'il fait, la trompette ajoute une ambiance incroyable. Peu de gens sont là pour apprécier cette musique rêveuse et expérimental, sorte de musique concrête low fi, un peu lounge. A découvrir en tout cas.

    Minuit : Je m'en vais découvrir la scène Condorcet, située assez loin au rez de chaussée, où je suis accueilli par une techno efficace, un peu désuète. Pas mal comme warm up, mais le dj galère un peu entre les transitions, le matos semble poser problème. Heureusement, Para One ne tarde pas trop à arriver, prévu à 23h. Tant mieux.

    Tant mieux, ou pas, car cette musique que je connais bien me déçoit en live, Para One a de drôles de notions de rythme au niveau de ses breaks / cuts, chose qu'on peut remarquer sur certaines de ses réalisations. Déçu, je remonte pour aperçevoir les chanteurs de TTC. Néanmoins le veejay ajoute une touche graphique agréable.

    C'est la première fois que je vois TTC en live, le public est sacrément jeune. Les MCs valent franchement le détour, en particulier Cuizinier et bien sûr Tequi Latex. Le flow est bon, vraiment bon, impressionnant même. Le concert est vivant et vivifiant, et intéressant. Ca bouge, c'est efficace et il n'y a pas d'erreurs. C'est pro.

    Je pars avant la fin du concert pour Justice vs Erol Alkan, ne présageant que du bon. Encore de la techno, bien électronique, très fidèle à Justice. Des problèmes techniques se posent, le son monte et descend... Les gens aiment mais on a tout de même vite fait le tour. Je repars après une bonne demie heure d'exercice physique.

    J'atteris devant Rhythm & Sound, qui nous distille du dub roots, vraiment posé. Il n'y a presque plus personne, il doit être 2h et demie, quelques danseurs séduits se dandinent aux rythme hypnotique des timides mais performants membres du groupe. Ca fait plaisir de se calmer un peu... Je déambule un peu, et reviens pour Agoria. Excellent show, techno extrêmement minimaliste mais bourrée d'énergie, le dj est carré, nikel, le public adore, et moi aussi. Le veejaying orienté vidéo (contrairement à l'autre scène, plus vectorielle) est un gros plus, les images dégagent une certaine nostalgie.

    Je pars avant la fin pour rejoindre l'avant dernier concert, celui qui m'a fait venir: Modeselektor. Déjà que "Hello mom" est sympa, en live ça doit gérer.

    Verdict: meilleur concert de la soirée pour moi, les deux allemands (apparemment accompagnés), le dj monte sur la table avec une bouteille de champagne apparemment coûteuse, et en arrose la foule sur la mélodie de l'excellente Kill Bill Vol 4, énergie pure, pêche pure, remplie de subtilités rythmiques et de breaks toujours plus inventifs. On s'est vraiment bien marrés, le courant n'a sauté qu'une fois ou deux, Modeselektor mérite les louanges au micro que Tequilatex de TTC vient de chiper.

    Je reste quelques minutes sur les gros beats minimaux de la techno espagnole de Luciano. Sympa, on se croirait à ibiza, mais on est tous fatigués donc je suis le groupe et rentre me coucher.

    Au final une excellente soirée malgré son organisation plus que douteuse, des courbatures le lendemain, bref un vrai bonheur :) Bravo au magazine Trax, pour la 100e c'était très fort. On s'en souviendra.

  • Hey check this out: it's the music from flashback.swf

    14 Nov 2006, 0:33

  • We Love Trax: Attending party, saturday the 18th of November

    14 Nov 2006, 0:27

    Scène Explora

    22h00 : Pierre Bastien (live)
    23h00 : Art Brut (live)
    00h00 : TTC (live)
    01h00 : Rhythm & Sound (dj)
    02h30 : Agoria (dj)
    04h00 : fin


    Scène Condorcet

    22h00 : warm up
    23h00 : Para One (live)
    00h00 : Justice vs Erol Alkan (dj)
    02h00 : Superdiscount (live)
    03h00 : Modeselektor (live)
    04h00 : Luciano (dj)
    06h00 : fin

    For a modeselektor taste, go Kill Bill (Vol. 4)

    http://www.weloveart.net/index13.htm

    see u there :)