RSS
  • Paris Jazz Festival 2008 : Caravan Palace

    12 Jun 2008, 16:44



    Ne vous fiez pas aux apparences ce petit groupe à l'air sage est monumental.

    Anciennement trio acoustique de jazz manouche, Charles (contrebasse), Arnaud (guitare) et Hugues (violon), férus de jazz le jour et producteurs electro la nuit lancent en 2005 un nouveau projet : fusionner jazz manouche et musique électronique. Pour ça ils recrutent une chanteuse chez qui on sent le souffle Billie Holidayien, un clarinettiste, un DJs pour s'occuper des machines et par ci par là porter à son bec son trombone et un second guitariste soutenant la rythmique acoustique par ci, réapparaissant derrière ses platines par là.. En gros une formation de 7 zicos, tous chanteurs/choristes, tous polyvalents, s'échangeant les instrus : claviers, guitares, percussions, machines.

    Caravan Palace n'est pas vraiment un groupe de jazz, disons que ce sont des jazzmens qui font de l'electro : les morceaux, extrêmement festifs sont construits sur une base swing soutenant par deux solides guitares et une généralissime contrebasse (électrique et synthé), sur laquelle vient s'ajouter un beat surpuissant rappelant Daft Punk pour les séquences vocodées ou encore Justice pour ses lignes de basse-synthé grassement fuzzée (Prodigy et Propelleheads peuvent aller se rhabiller) laissant ensuite place à une ambiance kaléidoscopique souvent frénétique où les phrasés et chorus authentiquement jazz du violon, de la clarinette, de la guitare ou encore du trombone se marient à la voix foutrement énergique et foutrement années 30 de la chanteuse, accompagné par des choeurs, parfois scatés, qui ne sont sans rappeler une ambiance à la Triplette de Belleville.
    On parlera ici d'electro-swing.

    Caravan Palace, c'est une découverte en live, qui nous fait sortir la langue et ouvrir grand les yeux, puis les oreilles. Ce petit groupe parisien à réussi en moins de 3 ans à concevoir une musique novatrice, méritante sans pour autant tomber dans le kitsch du "boum-boum" électro de base.

    Caravan Palace, c'est un groupe qui nous empêche de prendre des photos tellement on préfère subitement inlassablement bouger la tête, le pied, les jambes, les bras et taper des mains emmené par la présence scénique et l'énergie incroyable que dégage la formation sur scène, c'est une musique improbable et audacieuse qui nous donne l'impression d'être plongé dans une ambiance jam, improvisée sans pour autant oublier d'être travaillée, subtile et bien construite. Son coté électronique prend toute son ampleur et sa cohérence en live à l'instar de toute cette nouvelle scène à influence électronique à laquelle on peut par exemple lier Wax Tailor, le Peuple de l'Herbe et bien sur le projet de Damon Albarn : Gorillaz.

    Caravan Palace, c'est le phénomène qui n'a jamais autant mis dans sa poche un public de festival jazz, pourtant exigeant et connaisseur (nous sommes ici bien loin des festoch ados types Rock en seine/Eurocks..).

    Caravan Palace, c'est un groupe qui a cloturé le week-end spécial Electro-jazz (ouvert par Erik Truffaz) du Paris Jazz Festival au Parc Floral de Vincennes hier et qui rejouera le 27 juin sur l'esplanade de la Defense à l'occasion de son Festival Jazz annuel (concert gratuit à midi).

    Toutes les dates (Solidays, Rock dans tous ses Etats, Café de la Danse en octobre), et pis bien sur écoutes et videos live (que je vous recommande pour vous faire une meilleure idée qu'avec les enregistrements studio, même si ce qui est dispo sur le net commence déjà à dater un peu et que j'avoue avoir été déçu par rapport à ce que j'ai vu hier, autrement dit, bougez vous et allez voir ces mecs en live !) >>
    http://www.myspace.com/caravanpalace



  • The Radiohead Bootleg Guide

    5 Feb 2009, 8:07

    Selection avec écoute streaming/download
    http://skud.wb.free.fr/index.php?post/Radioboots
  • Paris Jazz Festival 2008 : Caravan Palace

    12 Jun 2008, 16:44



    Ne vous fiez pas aux apparences ce petit groupe à l'air sage est monumental.

    Anciennement trio acoustique de jazz manouche, Charles (contrebasse), Arnaud (guitare) et Hugues (violon), férus de jazz le jour et producteurs electro la nuit lancent en 2005 un nouveau projet : fusionner jazz manouche et musique électronique. Pour ça ils recrutent une chanteuse chez qui on sent le souffle Billie Holidayien, un clarinettiste, un DJs pour s'occuper des machines et par ci par là porter à son bec son trombone et un second guitariste soutenant la rythmique acoustique par ci, réapparaissant derrière ses platines par là.. En gros une formation de 7 zicos, tous chanteurs/choristes, tous polyvalents, s'échangeant les instrus : claviers, guitares, percussions, machines.

    Caravan Palace n'est pas vraiment un groupe de jazz, disons que ce sont des jazzmens qui font de l'electro : les morceaux, extrêmement festifs sont construits sur une base swing soutenant par deux solides guitares et une généralissime contrebasse (électrique et synthé), sur laquelle vient s'ajouter un beat surpuissant rappelant Daft Punk pour les séquences vocodées ou encore Justice pour ses lignes de basse-synthé grassement fuzzée (Prodigy et Propelleheads peuvent aller se rhabiller) laissant ensuite place à une ambiance kaléidoscopique souvent frénétique où les phrasés et chorus authentiquement jazz du violon, de la clarinette, de la guitare ou encore du trombone se marient à la voix foutrement énergique et foutrement années 30 de la chanteuse, accompagné par des choeurs, parfois scatés, qui ne sont sans rappeler une ambiance à la Triplette de Belleville.
    On parlera ici d'electro-swing.

    Caravan Palace, c'est une découverte en live, qui nous fait sortir la langue et ouvrir grand les yeux, puis les oreilles. Ce petit groupe parisien à réussi en moins de 3 ans à concevoir une musique novatrice, méritante sans pour autant tomber dans le kitsch du "boum-boum" électro de base.

    Caravan Palace, c'est un groupe qui nous empêche de prendre des photos tellement on préfère subitement inlassablement bouger la tête, le pied, les jambes, les bras et taper des mains emmené par la présence scénique et l'énergie incroyable que dégage la formation sur scène, c'est une musique improbable et audacieuse qui nous donne l'impression d'être plongé dans une ambiance jam, improvisée sans pour autant oublier d'être travaillée, subtile et bien construite. Son coté électronique prend toute son ampleur et sa cohérence en live à l'instar de toute cette nouvelle scène à influence électronique à laquelle on peut par exemple lier Wax Tailor, le Peuple de l'Herbe et bien sur le projet de Damon Albarn : Gorillaz.

    Caravan Palace, c'est le phénomène qui n'a jamais autant mis dans sa poche un public de festival jazz, pourtant exigeant et connaisseur (nous sommes ici bien loin des festoch ados types Rock en seine/Eurocks..).

    Caravan Palace, c'est un groupe qui a cloturé le week-end spécial Electro-jazz (ouvert par Erik Truffaz) du Paris Jazz Festival au Parc Floral de Vincennes hier et qui rejouera le 27 juin sur l'esplanade de la Defense à l'occasion de son Festival Jazz annuel (concert gratuit à midi).

    Toutes les dates (Solidays, Rock dans tous ses Etats, Café de la Danse en octobre), et pis bien sur écoutes et videos live (que je vous recommande pour vous faire une meilleure idée qu'avec les enregistrements studio, même si ce qui est dispo sur le net commence déjà à dater un peu et que j'avoue avoir été déçu par rapport à ce que j'ai vu hier, autrement dit, bougez vous et allez voir ces mecs en live !) >>
    http://www.myspace.com/caravanpalace



  • Chronique de Third, le nouvel opus de Portishead

    13 Mar 2008, 1:18

    >> http://nopastforskud.free.fr/wind/



    « Nous n’avons jamais renoncé à Portishead. Mais nous étions fatigués et nous manquions d’idées. Nous avons tous travaillés sur des projets différents mais Portishead était toujours en nous. » Adrien Utley

    Il aurait fallu attendre 11 ans pour que Portishead renaisse.

    Sobrement intitulé Third, ce nouvel opus est très différent et novateur par rapport aux deux précédents, Dummy et Portishead, sortit respectivement en 1994 et 1997. Que les fans se rassurent, cet album plaira tout autant aux mélomanes faiseurs de brume et aux mélancoliques chroniques que ces précédents, poussant le trip-hop vers un sacré bond en avant. A chaque titre, on en prend plein les oreilles..

    On a le style, l'esthétisme et les sonorités habituelles au groupe mais il y a ce plus.. Le groupe n'a rien perdu de sa puissance et de sa capacité à créer tensions et angoisses, élargissant son spectre dans tous les sens du terme : moins hip-hop niveau rythmique, on tend plus ici vers un psychédélisme jazzy, aux accents floydiens voir même post-rock dans le sens où l'instrumentale délaisse parfois l'harmonie au profit de timbres et de textures sonores tantôt agressives et industrielles, tantôt nonchalantes et larmoyantes..

    Third est définitivement le grand frère des deux albums précédents : l'état d'esprit est le même que le groupe à toujours eu. Ce nouvel album est un OVNI musical et ne ressemble à rien d'autres qu’à Portishead, muri à l'ombre, traçant de nouveaux chemins au trip-hop et à ce qu'il deviendra.

    Sortie mondiale le 28 avril 2008.

    1. "Silence" - 4:59
    2. "Hunter" - 3:57
    3. "Nylon Smile" - 3:16
    4. "The Rip" - 4:30
    5. "Plastic" - 3:27
    6. "We Carry On" - 6:27
    7. "Deep Water" - 1:30
    8. "Machine Gun" - 4:43
    9. "Small" - 6:45
    10. "Magic Doors" - 3:32
    11. "Threads" - 5:47

    Durée : 49:13
    Enregistré de 2005 à 2007
    Trouvable sur le net depuis le 07.03.08
    Date de sortie officielle : 28.04.08

    Cet article à été écrit sur le vif, un second billet, plus détaillé sera publié après quelques écoutes supplémentaires.. :) To be continued..
    >> http://nopastforskud.free.fr/wind/