2009 : des festivals qu'ils étaient bien.

RSS
Compartir

9 Ene 2010, 2:04

2009 fut un bon petit cru musical avec son lot de concerts, bonne humeur et découvertes. Voici un petit tour d'horizon des festivals que j'ai eu l'occasion de faire durant cette année et qui poutraient sévère, comme on dit dans les milieux autorisés.


6 au 10 Mai : Rock & Solex

Comme chaque année, c'est le Rock & Solex qui a ouvert la saison début Mai avec cette fois-ci une petite particularité : après avoir été sélectionnés pour le tremplin avec la formation The 462nd Zinnias, nous avons eu la tâche ingrate mais fun d'assurer les changements de plateau des concerts du Jeudi soir. Au menu : hip-hop, dub, remixes et mash up de toutes sortes
Niveau concert, il y avait ce soir là du très bon avec notamment les puissants The Herbaliser qui venaient présenter les albums de leur dernier et très bon album Same As It Never Was. Du bon funk, quelques breaks, du gros groove, des passages un peu plus soul, ce fut un réel plaisir de faire l'ouverture de ce concert.
Dans le registre formation montante, la troupe de Caravan Palace a fait bonne impression avec ce mélange de jazz manouche et d'électro d'une efficacité des plus redoutable.
Est venu ensuite Shantel qui n'a de DJ que le nom, sa prestation live consistant à insérer des CDs et appuyer sur play. Nul ne pourrait cependant contester l'efficacité de la plupart de ses morceaux, fusion d'electro et de musique des balkans, mais on approche les frontières de la fumisterie pour ce qui est de ce qui est présenté sur scène.
C'est le duo South Central qui a clôturé cette soirée avec un mix electro torturé, vaguement bordélique, sorte d'enchaînement de montées chaotiques avec néanmoins quelques bons passages, aah oui enfin des DJs qui passent Block Rockin' Beats \o/
Pour ce qui est des autres jours, c'est bizarrement nettement plus flou mais je me souviens tout de même des Toots & The Maytals et leur définition du reggae à travers leurs grands classiques, du mix assez peu subtil mais certes efficace de Beat Torrent et du beat box enragé de BeardyMan : de très bons moments et un week-end des plus festifs !

26 et 27 Juin : Roc'Han Feu

Roc'Han Feu c'est un peu mon pélerinage incontournable du festival de début d'été : bonne ambiance, bon son et une équipe motivée à faire bouger la petite bourgade de Centre Bretagne tous les ans vers la fin Juin.
Etant arrivé assez tard dans les concerts du Samedi soir, je ne vois que le concert de Sporto Kantes qui ne me parle pas franchement dans le style. On me dit que je n'ai pas raté grand chose avec Rachid Taha, bon... Je regrette tout de même de ne pas avoir vu Oxmo Puccino, un des rares à pouvoir redonner de la prestance au rap français qui en a souvent bien besoin.
Je finis donc la soirée sur le set de Roni Size, un des BARON de la Drum & Bass, accompagné ici de Dynamite MC. Autant pour une fois, le MC faisait son job relativement correctement (oui parce que bon en général les MC sur la DnB c'est un brin pénible...), autant ce n'était pas le meilleur set de DnB que j'ai eu l'occasion de voir. Bonne sélection malgré tout, avec bien sûr beaucoup de drum, un peu de hip-hop et de dubstep (Where's my money ?#@&!) et bien sûr l'inévitable hommage à Michael Jackson, mort peu avant sans penser qu'il remplirait convenablement l'ensemble des playlists des DJ sets de l'été 2009...
Certes la programmation ne n'emballait guère, mais comme tous les ans j'ai passé un super week-end festif avec du soleil, des potes et des smiles dans tous les sens.

3 et 4 Juillet : Au Foin de la Rue

C'était la première fois que je mettais les pieds à [event=]St-Denis de Gastines[/event] en Mayenne pour le festival Au Foin de la Rue dont la programmation ne semblait augurer que du bon.
Suite à un apéritif bien dosé et une foule assez compacte à l'entrée du site, j'ai raté une bonne moitié du concert de Groundation, puissant groupe de reggae provenant des USA aux influences profondément jazzy. Et je m'en suis bien voulu car comme d'habitude c'était complètement mortel. Tous les musiciens de ce groupe sont bons et leur son est superbe en live avec des improvisations puissantes sur des morceaux magnifiquement composés. Rien de mieux pour ouvrir une soirée de musique...

Autre gros morceau de la soirée, le groupe de rap IAM qui rassemblera devant la scène un public assez dense ma foi. On aura le droit bien sûr à tous les classiques de L'école Du Micro D'argent, album pilier du rap français, repris en coeur par un publique visiblement bien motivé. Dommage cependant que le son n'était pas exceptionnel, la qualité sonore ne rendait pas à mon avis hommage aux morceaux.
Petit tour ensuite par Shantel & Bucovina Club Orkestar, le DJ est cette fois-ci accompagné d'un groupe et là au moins ça ressemble un peu plus à quelque chose, ça bouge bien et le public est bien chaud.
I'm from Barcelona ont été placés en toute fin de soirée (vers 3h il me semble), ce qui m'a semblé assez curieux comme choix pour le line-up. C'eut été à mon sens plus appréciable en début de soirée vu les morceaux cools et entraînants du groupe. Un bon moment posé dans l'herbe pour reposer les jambes cependant, yay.
Le lendemain, c'est Patrice qui ouvre ma soirée avec une musique tantôt reggae, tantôt funky, tantôt soul qui peine à me convaincre mais qui me replonge quelques années en arrière et me rappelle de bons moments, idéal pour siroter une bière peinard dans l'herbe.
Je retrouve ensuite le set de Caravan Palace, sans surpises donc après les avoir vu en Mai, mais toujours aussi entraînant et fédérateur.
Un des concerts dont j'attendais beaucoup était celui du producteur de dub stepper Rouennais Kanka, notamment après la publication d'un 3e album Sub.mersion dans la grande lignée d'un massive dub des plus efficaces. Et mon attente ne fut pas vaine, car c'est un rouleau compresseur de grosse basse et de skanks affutés qui m'est passé dessus ce soir là. Le bonhomme, accompagné d'un basssiste, enchaîne gros son sur gros son et balance tout ce qu'il a fait de mieux depuis son premier album. Autant dire que ça remue sévère là-dedans. w00t ! \o/

Pour la fin de soirée, je passe assez rapidement sur la trance des déjà vus Hilight Tribe qui pourtant envoient du gros sur la grande scène pour achever les jambes des festivaliers.
Voilà un festival que je n'avais pas eu encore l'occasion de faire et que je surveille de près pour cette année pour le caler dans mon agenda si la programmation est toute aussi cool.

13 Juillet : Summer Reggae Fest

Retour aux fondamentaux au Fort St Père avec le Summer Reggae Fest : une nuit de reggae, ragga, dancehall, dub avec un line-up bien puissant.
Sur place on pouvait trouver une scène sous un chapiteau avec une scène ainsi qu'un sound system composé des sonos des Rennais Legal Shot et des Nantais Zion Gate HiFi : Big up massives !
Super ambiance sur le site, énormément de bon son partout, de bonnes découvertes avec notamment Sister Carol dont l'énergie sur scène est tout simplement excellente, le flow frénétique de General Levy ou encore les bons gros classiques de Buju Banton.

Super soirée du début jusqu'à la fin, excellent souvenir de ce mois de Juillet 2009 !

24 et 25 Juillet : Au Pont du Rock

Deuxième pèlerinage sur ma ToDo liste de l'été : Le Pont du Rock de Malestroit qui, comme tous les ans, déboîte sévère en matière de concerts et de bonne humeur.
Cette année, on sent que les organisateurs ont eu envie de se faire plaisir pour la vingtième édition et ont adopté une ligne de conduite résolument rock avec notamment la soirée du Vendredi, dont le line-up comprenait des groupes tels que The Toy Dolls, Buzzcocks ou encore Tagada Jones et leur furieux "bal des enragés".
Pour ma part, je me suis focalisé sur la soirée du Samedi après une soirée des plus intellectuelles le Vendredi sur le camping du festival. J'y retrouve donc Groundation pour un concert cette fois-ci complet et non moins puissant que la dernière fois. Je suis même agréablement surpris d'entendre une set-list complètement différente que quelques semaines auparavant, cool !
Un des concerts les plus attendus était bien celui de Tricky, figure charismatique de la formation trip-hop Massive Attack et dont les collaborations avec d'illustres artistes ne se comptent plus.
Le concert en lui-même était assez particulier : ambiances sombres, rythmiques et mélodies denses et répétitives. Il est parfois assez dur de rentrer dans cet univers sonore, tantôt chaud, tantôt imperméable. Je trouve le charisme et la profonde voix du chanteur plutôt sous-utilisée mais certains passages sont profondément puissants. Il en reste au final un sentiment mitigé partagé visiblement par bon nombre de spectateurs.
Je suis de loin la prestation des Wampas mais le père Didier semble faire bouger le public comme il se doit.
Encore un super week-end à Malestroit malgré une faible productivité de concerts pour ma part, ambiance excellente une fois de plus !

5 au 8 Aout : Astropolis

Troisième et dernier festival sur ma liste des pèlerinages de l'été, et pas des moindres : Astropoliiiiis, fuck yeah \o/
Grande Mecque bretonne de la musique électro, Astropolis c'est le rendez-vous de l'été pour aller manger de la basse, des breaks, du kick, et du bon dancefloor.
Cette année je commence le Vendredi par la soirée au Cabaret Sonique où les Brestois du Sonic Crew s'occuppent de chauffer dignement la salle pour le génial producteur techno / minimale Gui Boratto. Et diantre, quel set ! Puissant du début jusqu'à la fin avec une impressionante adaptation de ses morceaux qui sont déjà à la base tous extrêmements bons (cf. mon Top 10 des albums de 2009). Un final sur le morceau Beautiful Life, je l'avais rêvé et j'en ai presque chialé sur place tellement c'était bon. Brr !
Le lendemain, direction le manoir de Keroual pour le final et une nuit entière de gros son !
Première concert et première claque de la soirée : DJ Food & DK. La sélection oscillait entre hip-hop, reggae, dubstep et drum&bass et était tout simplement excellente. Une montée en puissance tout au long des morceaux pour finir sur une ambiance complètement délirante sous le chapiteau : une entrée en matière rudement efficace !
Une fois ces solides bases posées, un petit tour sur la scène mekanik où les philosophes du monde entier se retrouvent pour boire un thé sur un petit fond sonore jazzy. "Bonsoir, vous arrivez sur la scène mekanik, il est 1h du matin et le BPM au sol est environ 450, veuilez ne pas attacher votre ceinture et commencez à faire n'importe quoi". Delta 9 est aux commandes et martèle la scène avec une musique tellement frénétique que c'en est indescriptible. Aaah, mais ça fait du bien.
Après cette petite lobotomie par les décibels, un petit tour vers l'Astrofloor se fait sentir et c'est Erol Alkan qui officie la messe. Loin d'être LE set de l'année, il faut avouer que ça remue bien dans la chapelle du 4-to-the-floor où des accents rocks bien prononcés se font sentir.
Vient ensuite le jeune Surkin, figure montante de la scène française qui écume les scènes des festivals du monde entier. A vrai dire, ça ne casse pas des briques, et on a vu quand même bien mieux sur cette scène à la gloire des lasers et du clubbing.
Je fais quelques passages sur la scène drum où j'écoute un peu distraitement les sets de Roni Size, High Contrast et Elisa Do Brasil, ça envoie du gros mais ça se répète un peu, dommage... Ah et puis oui, ça manque clairement de neurofunk les enfants !
Un petit tour par la scène mekanik où Drokz envoie du bon gros hardcore / gabber comme seuls les hollandais savent le faire, yay yay yay !
Je reviens enfin sur l'Astrofloor où je reste scotché sur la prestation de Sven Väth. Waw. Le bonhomme nous fait une retrospective de 20 ans de techno sur un mix impeccable et superbement classe. Dans le ciel, le clair de lune est magnifique, les lasers s'en donnent à coeur joie et les gens ont le sourire. Je reste pendant presque 2h jusqu'à ce que mes jambes me lachent, pendu aux morceaux d'un des meilleurs mix que j'ai pu voir jusque là. L'allemand confirme sa place de parrain de la techno et donne une bonne leçon de musique aux plus récents DJ et producteurs passés ce soir sur la même scène. Respects.

J'en rate même Kid606 et apparemment ça avait l'air bien intellectuel, dommage...
Encore une excellente édition pour ce festival avec des bons souvenirs plein la tête et plein de bons moments visuels et auditifs, Astropoliiiiiis \o/

21 au 23 Aout : Festival Couvre-Feu

J'avais déjà fait plusieurs fois en off le festival Couvre-Feu à Corsept et cette année je me suis enfin motivé à prendre ma place et y retourner.
Et on peut dire que je n'ai vraiment pas regretté le déplacement. Une des meilleures ambiances de l'été et pleeeein de gens cools. Pour ce qui est des concerts, j'y allais principalement pour (re)voir les géniaux Uncommonmenfrommars et je crois bien que j'ai eu raison. Encore un excellent concert avec un peu de morceaux de tous les albums et notamment du dernier Functional Dysfunctionality (Let it flooooow \o/ \o/ \o/). Ca fait du bien un bon concert de punk rock comme à l'ancienne, il me manquait plus qu'un skate pour aller grinder sur les rambardes des barrières de sécurité. En tant que bon groupie, j'en profite pour serrer la main à un des frangins et acheter un T-Shirt et quelques posters.
Pour ce qui est des autres concerts, j'ai entendu un peu de loin le reggae de Ziggi et notamment son fameux Blaze It (til mi eyes turn reeeed \o/), et je pense que j'aurais du rentrer un peu plus tôt...
J'ai vu ensuite le concert de Map qui ont bien retourné le chapiteau avec leur rap-musette bien à eux, une musique dont je ne raffole pas d'habitude mais qui s'adaptent rudement bien à une ambiance de festival.
Je me pose ensuite pour la fin de soirée et écoute Rinôçérôse. Ne connaissant que l'album Installation Sonore, je suis impressionné par la puissance de feu qui sort de ce concert. Je m'attendais à quelque chose d'un peu plus satiné et c'est finalement de la grosse buche de chene massif qui se fait tailler en copeaux. Etant un peu trop claqué, je n'ose pas rentrer sous le chapiteau où ça semble être un chantier pas croyable mais je reste bien scotché par le son du duo. Wow !
Je conseille ce festival à tous les amateurs de musique festive et de bonne humeur, c'est vraiment nickel et le site est vraiment bien foutu, le tout au pied de la Loire...

12 Septembre : Bout'40 Festival

Quoi de tel pour bien aborder la fin de l'été qu'une bonne petite soirée reggae / dub ? Le Bout'40 Festival à Retiers nous proposait cette année une affiche encore bien sympa pour remplir cette mission.
Et pour ce faire, on reprend une recette qui marche bien : une scène et un sound system. C'est sur ce dernier que les Rennais du collectif International Skankers se sont chargés de chauffer le dancefloor. Et on peut dire qu'ils ont bien rempli leur mission ! Une sélection dub au poil, un son réglé comme il faut avec de bonnes basses bien puissantes, un public rempli de massive surmotivés, une ambiance excellente, rooooots !
Sur la scène, on notera les prestations de Rod Taylor et Ranking Joe qui auront posé leur flow sur des gros classiques de riddims dans la plus pure tradition jamaïcaine, du bon par là, du bon ici, et encore un peu de bon par là.

Deuxième grosse impression sur le sound system, les anglais d'Alpha & Omega qui auront retourné le chapiteau avec leur dub stepper ultra-massif comme eux seuls savent le faire. Du dub stepper tel qu'il devrait être : répétitif, lourd et puissant. Ca bouge, ça vibre, je trouve assez curieux que le chapiteau ne s'envole pas sur les assauts répétés de la basse.
Excellente soirée du collectif Bout' 40 qui ont su proposer une très bonne programmation à un tarif peu excessif et le tout dans une super ambiance, à refaire !

20 au 24 Octobre : Nördik Impakt

Pour clôturer cette saison de festival, on envoie du très très lourd avec le Nördik Impakt à Caen, équivalent Normand de notre Astropolis.
Cette année, le festival a retrouvé le parc exposition de Caen et a même récupéré la salle du Zénith à côté ! Le thème de l'édition était la génération 8-bit et ses jeux vidéos vintage. Pour l'occasion, une scène dédiée à la musique et a été montée le Vendredi soir avec des parrains du styles tels que Goto80, Meneo ou encore Dubmood. Pour les nostalgiques du genre, on pouvait même trouver une estrade avec des vieux PC, consoles et bornes d'arcades pour retrouver les joies des jeux de notre enfance. Bomberman ! Alexkidd ! \o/
Pour ce qui est des concerts, je me suis contenté de la soirée du Samedi soir, mais quelle soirée !
J'arrive pour revoir The Herbaliser qui ont déjà commencé devant un Zénith encore assez peu rempli. Je retrouve avec joie les morceaux que je peux apprécier un peu plus tranquillement que précédemment au Rock & Solex, et c'est toujours aussi bon !
J'enchaîne sur une monstrueuse session dubstep avec Oskr Steppa et ensuite Digital Mystikz : du très très lourd....

Il a fallu ensuite jongler pas mal entre les scènes pour voir un peu des shows d'Ebony Bones, où son énergie incontestable a été un peu gâché par un son pas terrible, la techno de Superpitcher parfois minimale, parfois surpuissante, le son de Nathan Fake bien plus speed que sur ses productions mais vraiment excellent... Il y avait du bon son partout et c'était assez dur de se poser sur une scène en sachant qu'un peu plus loin il y avait d'autres trucs mortels à voir...

Je me pose néanmoins pour voir le show visuel d'Etienne de Crécy que je n'avais encore jamais eu l'occasion de voir, à par en vidéo. Et je ne regrette pas d'avoir marqué l'arrêt là dessus car c'était vraiment excellent. Le concept du visuel en forme de cube est super bien foutu et la musique envoyait du bois juste comme il faut. La french touch 1.0 à son apogée, respects.

Je n'ai pas tellement accrochés à la drum & bass de Dirtyphonics, à cause notamment du MC assez omniprésent, concept auquel je n'adhère pas tellement quand il s'agit de D&B. Je ne peux pas dire que ça ne bougeait pas cependant, ah oui ça, ça envoyait du lard et il y avait bon nombre de morceaux mortels dans la sélection.
Mais en terme de lard, je pense que c'est Spor qui remporte la palme du Bucheron d'Or de cette année avec un set ultra-violent et ultra-jouissif. Ca c'est sûr que ça n'a pas fait dans le concerto pour violon et c'était pas d'une subtilité extrême mais bizarrement ma fatigue s'est envolée dès les premiers beats du remix de That Girl de Two Fingers... S'en est suivi une succession de remix et de productions tous aussis bons les uns que les autres d'une des têtes pensantes du mouvement neurofunk. Le rouleau compresseur aura fait son office et aura bien fait trembler les fondations du Zenith.

Il est 7h du mat' et Spor m'a ruiné la tête et les jambes mais je suis heureux. Je n'ai pas le courage de rester pour Marco Bailey bien que ça avait l'air excellent mais je repars avec une tonne et demi de bon son dans la tête, content de clôturer une magnifique saison de festivals sur un tel bouquet final

Voilà pour cette petite rétrospective, dans l'ensemble c'est que des bons souvenirs qui me viennent à l'esprit... En espérant que l'été 2010 soit aussi puissant !

Comentarios

Dejar un comentario. Entra en Last.fm o regístrate (es gratis).